COMMENT ENDORMIR SON AGRESSEUR | SELF DEFENSE JJB LUTA LIVRE

Facebook 0
Google+ 0
Twitter
WhatsApp
Email

Dans cette vidéo, je suis accompagné de Christophe Pank, prof de JJB & Luta Livre à Fushan Kwoon.

Il nous montre comment endormir son agresseur avec une technique d'étranglement appelée “Brabo”, une variante de l'Anaconda.

Pour l'avoir sentie, je peux vous dire que c'est super efficace.

L’avantage de l'étranglement est que s'il n'est pas tenu plus longtemps que nécessaire, il n'inflige aucun dégâts.

Et donc l'agresseur vous en voudra beaucoup moins que si vous lui défoncez la gueule! Là, il risque de revenir avec ses potes et vous ne serez plus jamais serein si malheureusement c'est arrivé proche de chez vous.

👉 FORMATION MAD SELF DEFENSE

⚡ LAISSE MOI UN COMMENTAIRE & PENSE à PARTAGER ⚡

Et comme je dis toujours : “Celui qui croit savoir n’apprend plus”, alors garde l’esprit ouvert !

Progresser-Visite-Boutique-Greggot

Transcript (pour ceux qui aiment lire)

Est-ce que tu sais comment endormir un mec qui vient t’agresser dans la rue ?

Salut bienvenue sur Greggot.com je suis aujourd’hui accompagné de Pank le prof de JJb-Luta Livre de Fushan Kwoon et donc on va voir ensemble uns situation d’agression dans la rue et il va nous montrer comment endormir son agresseur !

Avant de commencer la vidéo si tu es passionné comme moi par les arts martiaux et les sports de combat et que tu n’es pas encore abonné à la chaîne, pense à le faire maintenant.

On se met comment pour commencer ?
-Alors, on va partir sur un principe où on a déjà dépassé le ritualisé, c’est à dire que on a finis de tchatcher, on sent que l’agression est proche, parce que la gestion en amont c’est encore un autre travail…
Là pas de bol, nous sommes obligés de se battre, comme dit régulièrement Greg, la première chose que nous on doit penser en Self c’est on se barre, on ne cherche pas à se battre pour se battre.

Donc là on part sur le principe de se dire l’adversaire, il est face à nous, on fait attention toujours à nos jambes, on évite d’être en parallèle, pour des raisons toutes bêtes, s’il me pousse, s’il avance, bah je vais avoir un pas de recule, donc on hésite pas à avoir une posture classique qu’on a sûr de la boxe, un peu sur le karaté, sur de la lutte, sur du Wing Chun, sur une posture jambe avant un peu fléchie, mais on est pas sur des phases comme ça, parce que c’est hyper agressif, n’y trop rentré, on est juste en train de gérer au niveau des mains, bas, mais on ne monte pas trop, parce que ça c’est très agressif, l’esprit là il se dit : “il va y avoir quelque chose qui va se passer”.

Donc on est ici, et on sait que l’on a notre positionnement en 50/50, pas trop en arrière pas trop en avant, on sait que là on a le cœur qui bat bien, parce qu’on sent l’agression, on est prêt et on regarde bien sûr l’ensemble du partenaire, ou l’adversaire en l'occurrence à ce moment-là, pour se dire que cela peut partir de la tête, là en l'occurrence sa tête est trop loin, pas de soucis, cela pourrait partir de sa jambe, si c’est un vicieux, il va taper les parties directement, ou la plupart du temps, le crochet du bras arrière, c’est ce qui arrive dans 80% au moins des cas, donc on va travailler sur ça aujourd’hui, ou comme il disait on a passé toute la phase d’engueulade, il peut y avoir une première poussée, et là il va voir mon bras qui va s’armer, boum !

Donc là on est sur des notions hyper classique, le Jiu Jitsu c’est un art de préhension, donc on ne va pas être nous, sur une esquive…Non, tu t’approches, je m’approche. D’accord ?
Pour justement éviter toute les percussions lourdes, cela ne veut pas dire que je ne vais pas prendre quelques coups, mais j’évite les percussions lourdes, on est sur un truc très traditionnel, dans le sens ou cela ressemble à jodan uke, mais on va dessus, c’est à dire que dès qu’on voit le partenaire on avance, d’accord ?

On avance, parce que même s’il me met un gros coup, au pire, cela arrive en fin de course ça va pas me faire très mal, je cherche l'intérieur, pour tout simplement casser, boum je suis en ligne droite, ma tête à l'intérieur là ici, pour revenir sur un uppercut, s’il est un peu boxeur, c’est un peu compliqué, parce que je suis déjà rentré, et ce qu’on fait spontanément underhook, donc underhook, il passe son bras sous mon aisselle, c’est ça, c’est underhook, je passe intérieur.

Ce qui est intéressant à ce moment-là, je viens j’underhook, là il peut plus venir me percuter, et vous avez vu comment son corps il doit s’adapter, uppercut, underhook, ça fait décaler le corps, et puis je vais l’aider. Et là je mets ma tête, ce qui permet avec ma tête, bah d’éviter pas mal de chose, alors on pourra me dire, mais attention il y a son genou, donc à ce moment-là, vous n'hésitez pas à coller, Jiu Jitsu, art de préhension, je garde un maximum de connexion pour éviter d’avoir mal.

Ok, underhook, je suis puissant, ici, plus trop de problème, en général le gars, par instinct il va vouloir reculer, il ne veut plus être proche de moi, je vais venir prendre la tête.

D’accord ? Ce qui me permet d’être plutôt bien, j’ai un bras-tête qu’on peut retrouver en MMA, en Jiu jitsu, en Luta…D’ici, mon underhook je vais l’enlever, et je vais passer, d’accord ?J’ai mon underhook et je passe, ça c’est assez simple à faire, et là je prends ce qu’on appelait Anaconda, j’ai un début d’étranglement en haut, en prenant son bras et en lockant, et là je vais simplement, moi aller chercher au sol, mais je vais le tirer, c’est lui qui doit y aller en premier, voilà, d’ici pour l’endormir, version Jiu Jitsu, c’est pas intéressant de partir sur le côté, donc je vais switcher mon bras, celui qui est à l'extérieur passe à l’intérieur, et je vais prendre comme en Lutte, ce qu’on appelle un gable grip, pression vers le bas, et je vais ramener vers moi, pour le faire tomber sur le flanc, je reste sur le flanc, je regarde si éventuellement il y a un agresseur, il y a quelque chose, là ses genoux il ne peut pas faire grand-chose, il ne peut pas y avoir beaucoup de problématique, je vais rentrer complètement mon bras en s'appuyant sur sa tête, je passe, je vais prendre mon biceps, je reviens derrière, pareil, je suis dans la rue, je ne sais pas ce qui se passe, je regarde, si je peux, je descends simplement une des deux jambes, celle qui est à l'extérieur et je remonte.

Là on peut facilement l’endormir, même si on l’endort pas complètement, on garde, on reprend, si on est sûr de la Self un peu agressive, on peut percuter, si on est sûr de la Self : “moi je veux juste m'en sortir”. Je prends et je pars en courant, on ne va pas chercher plus de traumatisme.

Donc là pour donner un repère un petit peu au gens, quand tu as ton étranglement, un brabo, il faut tenir quoi ? 5 à 10 secondes pour que la personne en général elle perde connaissance ?
-On va dire 5 à 10 secondes, avec l’intensité, tu vas avoir, le stress et tout ça, le sang il coupe assez vite. Notre curseur, c’est dès qu’on sent qu’il y a un relâchement. On est en état d’agression, le mec il est en agresseur à ce moment-là, il a envie de vous faire du mal donc il a une tension musculaire, si d’un coup vous sentez que la tension elle s’arrête, que ça bouge beaucoup moins ou plus, vous enlevez tout, vous faites attention, tout est relatif, on est sur une agression, mais en tout cas ne restez pas un temps fou, cela n’a aucun sens, et là on pourrait arriver sur des trucs plus dangereux, dit mortels.

Donc on relâche, on se met à distance, on regarde bien qu’il n’y est pas d’autre personne et on part.
Le réflexe naturel, je suis en train de me faire étrangler, je vais me débattre, je ne vais pas vouloir, je vais lutter, d’un seul coup quand je perds connaissance, il y a tout qui se relâche, donc il faut être vigilant sur ça, sentir ce moment-là pour ne pas tenir trop longtemps la technique, sinon cela devient dangereux.

Cela peut paraître complexe quand on a jamais fait du tout de Lutte, de sol et tout, donc il faut faire beaucoup de répétition, driller un maximum, avoir le retour du partenaire, pour savoir si le ressenti est bon, où est ce qu’on se sent un petit peu…avoir la tête qui tourne, on va un peu partir, mais voilà, pour l’avoir senti, c’est une technique qui est potentiellement hyper efficace, une fois qu’on est bien positionné, il n’y a pas de possibilité, c’est l’autre il verrouille vraiment, tu sais que tu pars, donc c’est pour moi une technique hyper intéressante, et qui vaut vraiment le coup de passer du temps dessus pour bien la maîtriser.

Laisse-moi un commentaire pour savoir ce que tu as pensé de la technique.

Et comme je dis toujours : ”Celui qui croit savoir n’apprend plus alors garde l’esprit ouvert”.

Facebook 0
Google+ 0
Twitter
WhatsApp
Email

Dans la boutique

Commentaires

Laisser un commentaire

Fermer le menu
×

Panier